Aide à domicile

La Branche de l’ aide à domicile interpellera Pascal BOISTARD pour appuyer la hausse salariale 2016

En début d’année, les partenaires sociaux de la branche privée non lucrative de l’aide à domicile ont signé un avenant prévoyant une revalorisation salariale de 1% au 1er juillet 2016. Ce qui porterait la valeur du point à 5,408 euros. Pour appuyer leur demande et l’agrément de ce texte, syndicats signataires et fédérations ont décidé le 22 mars en commission mixte paritaire d’envoyer un courrier à Pascale Boistard, secrétaire d’État en charge des Personnes âgées et de l’Autonomie.

L’avenant doit en effet obtenir l’aval du Gouvernement pour entrer en application. Seulement, la marge de manœuvre laissée au secteur à l’issue de la conférence salariale est très faible. En tenant compte du glissement vieillesse technicité (GVT) et de la réduction des charges patronales de sécurité sociale, seule une évolution de 0,24% de la masse salariale est laissée aux partenaires sociaux pour négocier. L’avenant voté nécessite pourtant une évolution de 0,5% en 2016, avec un effet report en 2017.

L’avenant de revalorisation salariale a été signé par les fédérations patronales — Adessadomicile, Una, ADMR, Fnaafp-CSF — et les syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC. Au vu de la faiblesse de l’enveloppe présentée lors de la conférence salariale, il existe une inquiétude relative à l’agrément de ce texte, explique Loïc Le Noc, secrétaire fédéral à la CFDT Santé sociaux.

le gouvernement dégèle le salaire des fonctionnairesSi les partenaires sociaux ont décidé de solliciter Pascale Boistard par courrier, c’est également en raison du dégel du point d’indice dans la fonction publique, indique Claude Dumur, vice-président de la fédération santé et action sociale CFE-CGC. Le document doit être envoyé dans le courant de la semaine prochaine. Face au secteur public, la branche associative de l’aide à domicile se sent lésée, souligne pour sa part Gérard Sauty, chargé de la négociation pour la CFTC. Si l’avenant n’est pas agréé, la CFDT indique qu’elle pourra appeler à la mobilisation des salariés de la branche.

Deux syndicats ont décidé de ne pas signer l’avenant. Josette Ragot, secrétaire adjointe de la fédération FO Action sociale, explique son choix, indiquant que cet accord ne permet pas de repasser toutes les grilles de salaires au-dessus du Smic. Il s’agit pour le syndicat d’une condition a minima pour valider ce type d’avenants. S’il est agréé, il aura un impact sur 2017. FO espère alors que cela ne signera pas la fin des négociations salariales pour l’année prochaine. De son côté, la CGT estime par communiqué que l’avenant a été proposé à la signature sans réelle négociation et reste très éloigné de la réalité des besoins des salariés. Pour le syndicat, qui souligne également les grilles restées en dessous du Smic, la valeur du point devrait être portée à 6,10 euros.

Source : HOSPIMEDIA

Les dernières actualités