CCN 66, vers une dénonciation en 2016 ?

Nous nous engageons à ne pas dénoncer la CCN 66 cette année.

Muriel Vidalenc-Lejeune et Stéphane Racz, directeurs généraux de la Fegapei et du Syneas.

Au lendemain de la validation par leurs assemblées générales du projet de fusion de la Fegapei et du Syneas, Muriel Vidalenc-Lejeune et Stéphane Racz ont évoqué dans une interview croisée avec Hospimedia la construction de ce nouvel acteur, soit une grande et unique fédération pour les employeurs de la CCN 66.
Hospimedia : La proposition de fusion présentée le 25 juin, dans les assemblées générales (AG) respectives de vos organisations, a été validée à une très large majorité des voix. 98% pour le Syneas, un peu moins pour la Fegapei soit plus de 89%. Comment expliquez-vous cette différence d’environ 10% ?
Muriel Vidalenc-Lejeune : La différence que vous relevez ne doit pas être assimilée à une opposition. Seulement 3% des adhérents ont voté contre le projet. Les 7% restant correspondent à la part des non-votants. Un certain nombre de pouvoirs ne nous ont pas été envoyés. Il ne s’agit pas à proprement parler de voix d’opposition. On peut supposer que quelques associations de petites tailles ont considéré que ce projet de fusion ne les concernait pas, imaginant qu’il s’agissait principalement d’une problématique nationale. Néanmoins le taux de 89,4% est un très bon score.

“En effet, 70% de l’ensemble des adhérents se sont prononcés pour le projet de fusion.
Stéphane Racz : Nous constatons dans nos deux organisations que ce projet a remporté une très large adhésion. À cela s’ajoute le fait qu’il y a eu une très importante participation à ce vote, supérieure à celle que nous avons pu avoir lors de précédentes consultations de nos adhérents sur des projets moins politiques et structurants.

H. : Avant l’AG, le Syneas et la Fegapei ont entrepris un tour de France pour présenter en région leur projet. Quelles sont les principales attentes et craintes qui ont été exprimées par vos adhérents respectifs ?

 

dénonciation de la ccn66
M. V.-L. : Nous avions envie de véritablement porter le projet de fusion devant nos adhérents et surtout d’avoir des échanges avec eux en région. Cela a permis notamment aux différentes associations de bien comprendre où on voulait aller et de lever quelques doutes. La remarque qui est revenue le plus souvent pendant ce tour de France concernait la crainte que notre nouvelle organisation se construise essentiellement au profit du dialogue social au détriment des autres missions de la Fegapei comme l’accompagnement des adhérents dans l’exercice de leurs missions. Nous avons donc insisté sur notre volonté de construire une nouvelle organisation qui reprenne ce qu’il y a de positif dans les deux fédérations. Nous avons ainsi mis à disposition de nos adhérents une foire aux questions. Finalement, le nouvel acteur se positionnera comme une organisation professionnelle d’employeurs selon la loi du 5 mars 2014.

S. R. : Nos adhérents ont à plusieurs reprises exprimé la crainte que la fusion du Syneas et de la Fegapei réponde uniquement à une logique de chiffres sans projet derrière. Pour dissiper ce reproche, nous avons entrepris de construire un projet collectif. Différents chantiers vont s’ouvrir pour réfléchir par exemple au nouveau modèle de gouvernance ou au modèle économique.

H. : Le Syneas et la Fegapei envisagent-ils de dénoncer la CCN 66 ?
S. R. : Nous refusons de détruire le cadre conventionnel sans imaginer le futur. Il n’y aura donc pas de dénonciation en 2015. Cette année doit être consacrée à la définition du projet de notre nouvelle organisation. Une fois le cadre posé nous pourrons alors en imaginer les modalités.

Le nouveau cadre organisationnel passera ou pas, par une dénonciation de la CCN 66, personne ne peut le dire aujourd’hui.

H. : Comment vont se mettre en place les futures délégations régionales ?
M. V.-L. : Cela fait partie des chantiers à construire avec nos adhérents. Dans beaucoup de régions, les délégations Fegapei et Syneas travaillent déjà ensemble. Nos deux organisations se sont d’ailleurs rapprochées au sein de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (Udes) où elles siègent toutes les deux. Une première préfiguration de la nouvelle organisation est attendue début 2016. La création de ce nouvel acteur se fera dans douze mois et sera alors validé en AG. Il aura sa propre identité, un conseil d’administration… il ne s’agit pas de juxtaposer le Syneas et la Fegapei.

 

dénonciation ccn66 2016

H. : D’ores et déjà, quelles sont les grandes orientations des chantiers ?
M. V.-L. : Nous souhaitons notamment nous pencher sur le paysage conventionnel et travailler sur la convention collective nationale du travail de 1966, dite CCN 66. L’outil conventionnel doit se positionner comme un outil au service de la politique de notre secteur. Dans un souci d’évolution et afin de répondre aux demandes de notre public, nos organisations se doivent d’être plus souples. Le secteur a aussi besoin de professionnels formés. Par ailleurs, le nouvel acteur mettra en place un service de veille et perspective. Le nouveau projet reste encore à construire collectivement.”

Source : Hospimedia
Propos recueillis par Lydie Watremetz

Les dernières actualités