Unicancer a placé sept centres de lutte contre le cancer sous dispositif de suivi rapproché

Au-delà des missions d’appui qu’elle a déjà enclenchées, la fédération Unicancer a initié un dispositif de suivi rapproché pour certains centres de lutte contre le cancer particulièrement déficitaires ou avec un lourd projet d’investissement. Une première vague de sept centres bénéficiera de cette nouveauté, baptisée Diapason.

Les noms des sept centres de lutte contre le cancer (CLCC), qui bénéficieront d’un suivi rapproché de la fédération Unicancer dans le cadre de son nouveau dispositif Diapason, ne seront pas divulgués par Sandrine Boucher, directrice de la stratégie et de la gestion hospitalière au sein du groupe. Contactée par Hospimedia, elle explique néanmoins la démarche. Ce dispositif a été lancé en 2015 pour suivre, de manière plus rapprochée au niveau d’Unicancer, les CLCC qui sont dans des situations de déficit important ou qui ont des investissements lourds à mener et méritent une attention particulière, informe Sandrine Boucher. Étant donné le suivi mis en place, seul un nombre restreint de centres entre dans ce process. En l’occurrence, pour cette première année de mise en place, cinq centres pour un suivi de leur déficit et deux pour leur projet d’investissement.

Une mission d’appui à la base

Diapason reposera en grande partie sur les missions d’appui, dont la démarche a déjà été enclenchée. Cinq centres en ont en effet bénéficié en 2015 — Eugène-Marquis à Rennes (Ille-et-Vilaine), Léon-Bérard à Lyon (Rhône), Jean-Godinot à Reims (Marne), Bergonié à Bordeaux (Gironde), Henri-Becquerel à Rouen (Seine-Maritime). Ces missions d’appui visent à rendre un avis de pairs sur l’adéquation entre la situation financière du centre et ses projets ainsi qu’à lui proposer des pistes d’efficience. Ce travail est mené en deux temps par une équipe de six personnes, médecins et administratifs (en l’occurrence un directeur général adjoint, un médecin, un médecin du département d’information médicale, un directeur administratif et financier, une personne de la direction des ressources humaines d’Unicancer et Sandrine Boucher). En cela, un prédiagnostic du centre est réalisé en amont sur la base des données disponibles. Puis un audit court est conduit sur place pendant trois jours. Il traite du positionnement du centre, son organisation, ses ressources humaines et son management, sa gouvernance, ses finances, sa recherche et sa communication. Une restitution de propositions d’amélioration est organisée à l’issue. Le centre dispose alors d’un mois pour présenter lui-même sa feuille de route, s’engageant ainsi sur des actions, un calendrier et des objectifs. Un suivi annuel est ensuite effectué. En complément de cette mission d’appui donc, le dispositif Diapason planifie des réunions bilatérales entre la délégation générale d’Unicancer et les centres impliqués, dans le cadre d’un suivi plus rapproché et plus régulier.

Premiers retours positifs pour le centre et les auditeurs

En 2015, le comité stratégique finances du groupe Unicancer a identifié sept centres pour intégrer le dispositif Diapason. Pour certains, la réunion bilatérale a eu lieu ; pour d’autres, elle est programmée ; pour d’autres enfin, une mission d’appui est lancée. À noter que chaque centre doit être volontaire pour participer à cette démarche. S’agissant des missions d’appui, déjà enclenchées, les retours sont très positifs, tant pour le centre que pour les auditeurs, rapporte Sandrine Boucher. Et les déficits se sont “significativement réduits” sur l’année 2015, même si tout n’est pas imputable aux missions d’appui, consent-elle. La dynamique de retour à l’équilibre des centres de lutte contre le cancer est ainsi bel et bien enclenchée, selon les dirigeants d’Unicancer. Auparavant ankylosé d’un déficit de 10 millions d’euros (M€) auparavant, Unicancer a terminé l’année 2015 avec un excédent de 8 M€, dont 3,5 M€ de remboursement d’amortissement et une vente exceptionnelle sur Toulouse de 2 M€. Certes il persiste une hétérogénéité entre les centres (du fait des dispositifs d’aide accordés, d’une réduction des missions d’intérêt général et d’aide à la contractualisation significatives non anticipées, d’une situation d’investissement lourd…) mais globalement on observe une amélioration significative de l’ensemble, analyse Sandrine Boucher. Elle ajoute enfin que “les premières tendances pour 2016 sont plutôt favorables”. Elles devraient l’être davantage encore grâce à ce nouveau dispositif Diapason.

Les actions d'Unicancer d'aide à la décision et au pilotage
La direction de la stratégie et de la gestion hospitalière d'Unicancer propose différents outils d'aide à la décision et au pilotage aux centres de lutte contre le cancer, pour optimiser tant les dépenses que les recettes. Elle met à disposition des indicateurs médico-économiques pour permettre aux centres de se situer entre eux et par rapport aux CHU. Elle propose un benchmarking organisationnel sur des thèmes précis. Elle mène des audits dans le cadre des missions d'appui et du dispositif Diapason. Elle livre de manière mensuelle un suivi des activités avec comparaison. Elle fournit des analyses de marché avec une vision pluriannuelle. Elle réalise une étude d'évolution de la prise en charge en cancérologie (prospective à horizon 2020-2025). Elle exerce enfin un lobbying sur la campagne tarifaire.

Source : HOSPIMEDIA

Les dernières actualités