CPN Croix-Rouge Française du 15/03/2018

Compte rendu de la Commission Paritaire
Nationale de la Croix-Rouge Française
du 15 mars 2018

(Par Xavier DEHARO)

Négociateurs CFE-CGC : S.LOIZEAU, C.TORTUYAUX, X.DEHARO.

2ème réunion NAO sur les salaires

Salaires 2018

Propositions de la Direction : Aucune marge de manœuvre de la DGCS suite à la conférence salariale du 23 février 2018. Alignement du SMIC Croix-Rouge sur le SMIC national, soit un passage au 1er janvier 2018 à 1498,47€ brut mensuel pour un temps plein contre 1495,27€ actuellement.

Proposition CFE-CGC : Constat de la paupérisation des salariés CRF du fait de  l’augmentation du nombre de salariés rémunérés au SMIC. Proposition de maintenir les mesures revalorisation du SMIC Croix-Rouge à 15€ au-dessus du SMIC national soit  1510,27€ brut mensuel.

Propositions salariales financées au titre du CITS (1,2 millions d’euros pour 2018) :

Proposition de la Direction :

  • Constat du problème de manque d’attractivité de la CRF pour les Kinés. Attribution de 45 points de BTI mensuels (temps plein) en juin 2018 pour les kinés. Mesure pérenne.
  • Attribution d’une prime de 250€ brut (temps plein) pour les Aides-Soignantes.

Proposition CFE-CGC :

  • Constat que l’attractivité CRF se pose de manière plus sensible pour d’autres métiers en particulier les orthophonistes et les médecins. Il n’est, de plus, pas possible de dissocier les Kinés des ergothérapeutes.
  • Demande d’arrêt des mesures de saupoudrage qui créent  des inégalités et des incompréhensions entre les salariés.
  • Demande d’augmenter la part du CITS consacrée aux propositions salariale de 10% (les 1,2 millions de la proposition CRF) à 30%, soit 3,6 millions.
  • Demande à la CRF de venir à la prochaine CPN du 12 avril 2018 avec des propositions pour l’ensemble des salariés. Mise en place d’un mouvement social intersyndical le 17 mai 2018 si les propositions CRF ne sont pas satisfaisantes.

Projet d’accord intergénérationnel :

Nouvelle propositions de la Direction sur les mesures spécifiques CRF pour le passage à la retraite progressive :

  • Option 1 :
    • Obligation pour l’employeur d’accepter la demande de retraite progressive du salarié ayant plus de 15 ans d’ancienneté.
    • Quotité de travail à temps partiel soumis à l’autorisation de l’employeur.
    • Prise en charge par l’employeur, pendant 2 ans, de l’intégralité des cotisations retraite employeur sur la base sur salaire reconstitué à temps plein.
    • Prise en charge par l’employeur du surplus de cotisation retraite salariales en cas de maintien du calcul des cotisations sur un salaire reconstitué à temps plein : 100% pour les salaires annuels bruts inférieurs ou égales à 30 000€ ; 70% entre 30 000€ et 50 000€ ; 30% pour les salaires supérieurs à 50 000€
  • Option 2 :
    • Obligation pour l’employeur d’accepter le passage en retraite progressive quelque-soit l’ancienneté du salarié.
    • Arbitrage par le RRH Régional en cas de mésentente entre le salarié et l’employeur sur la quotité de travail à temps partiel.
    • Pas de prise en charge par l’employeur des cotisations retraite au-delà du temps partiel effectué.

Pour la CFE-CGC : l’option 1 est plus favorable à l’option 2 à condition de revoir l’obligation de l’accord employeur pour les salariés qui souhaitent accéder à la retraite progressive et qui ne justifient pas de 15 ans d’ancienneté à la CRF. Toutefois les représentants CFE-CGC soulignent :

  • La vacuité de l’accord intergénérationnel qui qui ne fixe aucun objectif chiffré en terme d’emploi des jeunes et des séniors.
  • Le dé-tricotage de la seule mesure phare de cet accord, sur la retraite progressive, qui du fait des amendements de la Direction, perd de sa substance au fil de la négociation.

Accord QVT :

Présentation de la démarche QVT par la CRF :

  • Contractualisation CRF avec le cabinet AD CONSEIL  pour l’aide à la démarche  QVT  avec une expérimentation sur un échantillon de 12 établissements pilotes inter-filières.
  • Contractualisation avec réseau PsyA, sur toute la France, pour consultations de psychologues cliniciens.

Demande des représentants CFE-CGC :

  • Proposition d’intégrer à la liste des établissements pilotes de l’IME et du SESSAD de VILLEPATOUR
  • Demande d’une évaluation qualitative du 1er contrat qui consistait à faire une assistance psy téléphonique.
  • Demande de révision de la méthode et du calendrier en relation avec l’articulation de l’étude AD conseil avec le projet d’accord QVT en cours.

Contact presse : Xavier DEHARO (06 79 75 55 53)

Les dernières actualités