APPEL DU SYNDICAT INFIRMIER

 Aidez-nous à vous soigner

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers a enregistré des remontées de manque de masques FFP2, de patients non testés faute de moyens, etc. Cela a été vérifié par un sondage avec 16.383 infirmières qui ont répondu. 

https://www.syndicat-infirmier.com/Coronavirus-COVID-19-78-des-infirmieres-des-hopitaux-manquent-de-masques-FFP2.html 

« Les professionnels infirmiers sont en colère, car nous n’acceptons pas de ne pas disposer du matériel adapté, dans la cinquième puissance mondiale », observe Thierry Amouroux, porte-parole du SNPI. « Nous déplorons l’impréparation des gouvernements, entre la décision irresponsable de ne plus stocker de masque FFP2, et le fait d’attendre fin février pour se décider enfin à en commander en urgence. Agnès Buzyn nous a fait perdre deux mois. Dans les hôpitaux et cliniques, nous manquons de masques FFP2. En ville, les libéraux ont du attendre début mars pour recevoir des masques chirurgicaux (inadaptés face aux patients avérés) et ces jours-ci, ils vont devoir se débrouiller avec 18 masques/semaine ! » 

 

Le syndicat infirmier SNPI appelle les maires à redistribuer d’urgence les masques et les gels stockés pour les élections municipales.

C’est maintenant que nous en avons besoin dans les hôpitaux et pour les soignants libéraux. Aidez-nous à vous soigner ! 

Le syndicat infirmier SNPI appelle les entreprises industrielles à reconvertir leurs lignes de production:

Pour produire masques médicaux, gel hydroalcoolique, matériel médical de protection (lunettes, gants, surblouses…) et tests de dépistage. Il faut également intensifier la production d’équipements vitaux tels que les respirateurs artificiels afin de répondre aux besoins. 

 

Les professionnels de santé ne doivent pas être de possibles vecteurs de contamination.

Les équipements de protection doivent impérativement et urgemment être mis à disposition de tous les professionnels de santé 

Les 130 000 infirmiers libéraux sont les derniers professionnels de santé à se déplacer au domicile des patients. Début mars, ils ont reçu au mieux 50 masques, parfois une seule boite pour un cabinet de plusieurs infirmiers. Ce n’est plus possible. 

Thierry AMOUROUX

Secrétaire Général du SNPI

 

Retrouver l’interview de Thierry Amouroux sur FranceInfo en cliquant ici.

 

Les dernières actualités