La Fehap propose de réévaluer son salaire minimum conventionnel à 1 485 euros

Espoir à la FEHAP

Lors de la commission paritaire de la Fehap du 19 janvier, la problématique de la réévaluation du salaire minimum conventionnel était à l’ordre du jour.

 

Depuis le 1er janvier 2017, le montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) mensuel obligatoire pour 35 heures est passé à 1 480,27 euros (€).

Il s’agit désormais d’une somme supérieure au salaire de base fixé en 2016 pour les salariés de la convention collective nationale de 1951 (CCN 51). Le montant défini alors, était de 1 472 €.

La Fehap, contactée par Hospimedia, précise qu’elle a donc proposé aux organisations syndicales de modifier ce salaire minimum conventionnel en le fixant à 1 485 €, hors ancienneté et prime décentralisée.

Le projet d’accord est encore à la signature des organisations syndicales. Mais d’ores et déjà, la CFTC et la CFE-CGC se sont positionnées et l’ont signé. La CFDT signale quant à elle que, comme en 2016, elle n’envisage pas de suivre la proposition patronale.

La CFDT demande de nouveau cette année que l’assiette de calcul de la rémunération minimum conventionnelle soit révisée. Elle souhaite ainsi que soient exclus de l’assiette de calcul du salaire minimum trois éléments : la prime vie chère, les avantages en nature et les indemnités compensatrices de jours fériés. Le syndicat déplore également la non-revalorisation de la valeur du point dans la CCN 51 depuis sept ans.

Toutefois, le conseil d’administration de la Fehap vient de valider le principe d’une revalorisation de la valeur du point et des classifications. Ce serait une conséquence de la mise en application du crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires (CITS).

Reste encore à définir le montant qui pourra être attribué à l’amélioration de la politique salariale et ses clés de répartition. La CFTC imagine bien pour sa part une évolution de la valeur du point de l’ordre de 1,2%, correspondant à l’augmentation appliquée en deux temps aux rémunérations dans la fonction publique.

Il faudra toutefois attendre la prochaine conférence salariale et les derniers éléments des circulaires budgétaires pour que la fédération d’employeurs de la CCN 51 se prononce sur le montant des évolutions salariales accordées.

Lydie Watremetz

Source: Hospimédia

Les dernières actualités