Les employeurs menacent la construction d’un socle social de droit commun

La CFE-CGC partage l’inquiétude des organisations syndicales françaises et des organisations internationales de salariés et travailleurs, à propos de la remise en question de la liberté syndicale et du droit de grève qu’opère depuis 2012, le groupe des employeurs qui siège à la Conférence internationale du Travail de l’OIT.

Ce droit à la liberté syndicale entériné dans la C87 a toujours été interprété comme étant un droit collectif dans le contexte des relations sociales, qui comprennent le droit de grève. STOP

La remise en cause menace directement la construction d’un socle de droit social commun déjà très disparate suivant les pays.

En France, le principe de la liberté syndicale et le droit de grève est inscrit dans la constitution de 1946 : membre actif de la Confédération Internationale des Cadres (CIC), la CFE-CGC relève que si notre organisation recherchera toutes les solutions visant à résoudre des différents ou des conflits, elle se réserve le recours ultime à la grève à des situations d’une extrême gravité et lors d’une situation dans laquelle l’inacceptable ne peut être accepté.

La CFE-CGC défend vos droits fondamentaux à l’OIT :
Elle sera présente comme chaque année à la Conférence internationale du Travail du 1er au 13 juin 2015. Elle contribuera comme chaque année aux travaux des réunions tripartites et du groupe des travailleurs de l’OIT, en particulier au sein du comité d’application des normes.

Elle y prolongera le présent appel au gouvernement français et aux membres français du groupe des employeurs, 

  • à convaincre les autres délégations de ne pas remettre en cause des droits fondamentaux qui permettent un équilibre acquis des droits et des normes au travail,
  • à porter ce différent juridique devant la Cour de justice Internationale comme le prévoit la constitution de l’OIT, si les réunions du BIT de mars 2015 ne parvenaient pas à faire émerger une solution dans ce sens.

La CFE-CGC défend et travaille à la mise en place d’un pacte social et fiscal européen pour harmoniser, dans le progrès, les niveaux de protection sociale entre les pays adhérents.

 Contact : Christophe Lefèvre, secrétaire national du secteur

Source : CFE-CGC

Les dernières actualités