Marisol Touraine annonce le dégel de 100 millions d’euros pour l’hôpital public

100 millions d’euros. C’est la somme qui sera dégelée cette année à destination des CHU et des CH. Annonce en a été faite à Toulouse, ce 8 décembre, par la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, en ouverture des quinzièmes assises hospitalo-universitaires.

politique de santéCes 8 et 9 décembre, les CHU tiennent leurs quinzièmes assises nationales à Toulouse (Haute-Garonne). En ouverture de ces journées, leurs représentants ont reçu la visite de Marisol Touraine. Une visite porteuse de bonnes nouvelles : la ministre des Affaires sociales et de la Santé est en effet venue réaffirmer sa fierté d’un modèle à la française et a annoncé plusieurs mesures financières. À commencer par le dégel de 100 millions d’euros (M€) mis en réserve dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) à destination de l’hôpital, CHU et CH.

« Je sais les efforts que vous et l’ensemble de la communauté hospitalière accomplissez au quotidien. Le rétablissement des comptes sociaux vous doit beaucoup. Contrairement à ce que certains affirment, l’hôpital public et les CHU ont été au rendez-vous des réformes nécessaires. Je veux vous remercier à la fois collectivement et individuellement », a expliqué la ministre. Une annonce applaudie par les représentants de la communauté hospitalière et universitaire. « C’est une partie des 350 M€ qui avaient été mis en réserve, c’est une très bonne nouvelle », résume à Hospimedia Jean-Pierre Dewitte, président de la conférence des directeurs généraux (DG) de CHU. Quid du fléchage de ce coup de pouce ? « Il est trop tôt pour le dire, reconnaît Jean-Pierre Dewitte. Mais c’est un geste positif pour les CHU et hôpitaux publics, d’autant qu’il s’agit d’un dégel, donc d’une attribution rapide des crédits d’ici la fin de l’année ou tout début de 2017. »

Remboursement des médicaments sous ATU

Autre geste « positif » annoncé ce 8 décembre : les dépenses engagées au titre des médicaments sous autorisation temporaire d’utilisation (ATU) jusqu’au mois de septembre inclus seront bien remboursées. « Je sais que vous aviez l’inquiétude, au regard de l’importance des montants cette année, que ce paiement soit en partie différé à l’année 2017. Ce ne sera pas le cas », a promis la ministre. Les paiements dus seront bien effectués selon « les règles habituelles », pour « ne pas mettre en difficulté » les trésoreries des établissements. En outre, un complément de factures transmises au titre de 2016 sera payé dès le mois de janvier, « sans attendre la première circulaire de l’année 2017 », a insisté Marisol Touraine.

C’est aussi, au travers de ce discours, le travail en réseaux pluriprofessionnels qui a été reconnu et encouragé. Une satisfaction pour le monde hospitalo-universitaire, porteur de propositions en ce sens dans son new deal qui devrait être dévoilé officiellement ce 9 décembre. « Je salue l’initiative de « CHU en réseau », qui doit être encouragée. Ces fédérations de CHU permettront de répondre aux défis de la recherche et de l’innovation, avec une taille critique adaptée », poursuit Marisol Touraine. La ministre souhaite également encourager l’organisation en départements hospitalo-universitaires par grandes thématiques plus que par disciplines, « en privilégiant les parcours de soins et leurs liaisons fortes à l’enseignement et à la recherche. » Un point du vue partagé par le Pr Jean-Luc Dubois-Randé, président de la conférence des doyens des facultés de médecine : « C’est l’une de nos propositions fortes et nous sommes très satisfaits d’avoir été entendus par la ministre. »

Pluriprofessionnalité dès la formation

D’autant que la démarche pluriprofessionnelle doit être impulsée tôt dans la formation. « L’approche pluriprofessionnelle doit être favorisée dès la formation initiale, car la capacité des différentes professions à collaborer ensemble de manière optimale se joue aussi au niveau de la formation », a expliqué Marisol Touraine, tout en faisant la part belle à l’innovation et à la recherche. Avec un bémol tout de même : les centres de simulation qui doivent être installés dans chaque CHU d’ici 2017, comme l’avait annoncé la ministre en octobre 2015, peinent à se mettre en place, reconnaît Jean-Luc Dubois-Randé. « Principalement pour des questions liées au ressources, il faut faire vivre ces centres et les crédits annoncés arriveront dans le cadre des groupements hospitaliers de territoire (GHT) », précise t-il, estimant que sur les 32 CHU français, seuls six disposent aujourd’hui d’une telle plateforme.

Enfin, Marisol Touraine a applaudi leur rôle à l’international. « Parce que l’excellence se mesure aussi à l’aune du rayonnement de notre médecine et de notre modèle, dont vous êtes les fers de lance, j’ai pris une initiative forte pour vous permette de créer des filiales et agir avec plus de souplesse à l’étranger », a t-elle détaillé. Une possibilité offerte en cette année 2016 et qui valorise « l’ingénierie à la française ». « L’excellence à la française, nous devons la promouvoir », confirme Jean-Pierre Dewitte. Avec quels financements ? Si elle a réaffirmé son soutien au « label » CHU, la ministre n’a pas annoncé d’enveloppe spécifique dédiée à cette thématique. « C’est à nous d’être innovants, dynamiques et de trouver les financements », confirme Jean-Pierre Dewitte. Ces deux journées devraient permettre de voir s’esquisser quelques pistes.

Source : HOSPIMEDIA

Les dernières actualités