Mobilisation des EHPAD : 1ère Journée

QUEL ÉTAT DES LIEUX APRÈS LA PREMIÈRE JOURNÉE DE MOBILISATION POUR LES EHPAD ?

Propos recueillis par Matthieu GUILBERT, chargé de communication CFE-CGC Santé Social
auprès de Jean-Paul ZERBIB, représentant fédéral pour la délégation de l’intersyndicale.

“Nous demandions à rencontrer la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès BUZYN, mais elle a préféré décliner cette proposition et nous avons été reçu par sa directrice adjointe aux solidarités, Aude MUSCATELLI. Elle est arrivée avec un certain nombre de réponses en nous disant dans un premier tant qu’au niveau de la tarification, il n’y aurait pas de baisse de la dotation accordée aux EHPAD.

C’est avant tout une contre vérité parce que tous les directeurs d’EHPAD savent que pour les années qui viennent, c’est bien la dotation qui va être en baisse.

Jean-Paul ZERBIB

Elle a ensuite annoncé la nomination de Pierre RICORDEAU (ancien secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales) en tant que médiateur qui va être chargé regarder le dossier de plus près … Or, pour nous, le médiateur c’est la ministre des Solidarités et de la Santé. Nous n’avons pas besoin d’un tiers pour dialoguer avec la puissance publique.
Nous voulons dialoguer directement avec Madame Agnès BUZYN.

Madame MUSCATELLI nous a ensuite parlé de réallocation des budgets en fonction de la charge médicale et du GIR. Mais attention, qui dit réallocation, dit retirer aux uns pour donner aux autres. La justification liée à la charge médicale est aberrante car l’on sait que près de 40% d’EHPAD n’ont à ce jour pas de médecin coordonateur … on peut donc douter de la qualité des études qui vont être faites sur place. Et dans tous ça, on ne nous parle même pas des soignants qui sont en nombre insuffisant ou en arrêt de travail.

 

L’intersyndicale est unie et va continuer cette action qui n’en est qu’au début … Nous tirons la triste conclusion que le gouvernement refuse de voir la gravité de la situation. Nous demandons le recrutement d’aides-soignants, d’infirmiers et de médecin coordonateurs pour arriver à un ratio de 1/1 qui est celui promis depuis plus de quinze ans par les pouvoirs publics.”

 

La CFE-CGC Santé Social reste mobilisée afin d’obtenir les moyens et les effectifs décents pour permettre aux professionnels de la santé de prendre soin de nos aînés et des patients de manières générales avec bienveillance et humanité.

 

une partie de la délégation fédérale présente
Les dernières actualités