La CFE-CGC soutient le régime local d’Assurance Maladie d’Alsace-Moselle

Au moment où l’on constate qu’au moins 6 millions de personnes en France renoncent aux soins faute de ressources suffisantes pour accéder à une complémentaire santé et ce malgré la CMU-C, le gouvernement tente de contourner la question du droit d’accès universel aux soins en mettant en place des dispositifs d’aide tout aussi complexes qu’insuffisants les uns pour les autres pour couvrir toute la population. Ils tiennent de l’artifice au vu de cet état de renoncement.

Il existe pourtant en France, un système de complémentaire santé qui depuis 70 ans remplit de manière simple, peu coûteuse et solidaire, un système unique au monde selon des spécialistes de l’économie de la santé et les professionnels de santé, qui permet de mieux rembourser les soins de ville et à 100% les soins hospitaliers, c’est le Régime Local d’Alsace-Moselle qui assure plus de 2.100.000 personnes !

Par un taux unique de cotisation pour tous, actifs ou retraités du secteur privé, personnes seules ou ayant-droit (conjoints et enfants) chacun contribue selon ses moyens, et les salariés en contrat très précaire et les retraités à faible retraites sont exonérés de cotisations, les chômeurs sont couverts sans limitation de durée, aucune résiliation n’est possible, le secret médical est préservé et ses comptes sont à l’équilibre.

Une gestion responsable du conseil d’administration composé des représentants des salariés depuis plus de 20 ans dont la CFE-CGC, des coûts de gestion de 1,1 % de la collecte (contre 20 à 30% pour les assureurs et mutuelles) et une volonté historique de priver personne de l’accès aux soins, permet d’assurer ce haut niveau de service en prestations et de financer à hauteur de 15% de sa collecte une centaine de projets publics de collectivités comme des mairies ou d’associations, d’initiatives privées par exemple menées par des infirmières, des projets motivés qui agissent en faveur de la prévention des risques

Or ce système est mis en grave danger par la loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013 et ses décrets successifs consacrent une inégalité de traitement au détriment des salariés d’Alsace Moselle, qui vont devoir finance 86% de leur complémentaire santé, contre 50% ailleurs en France, parce que leurs employeurs, ne prendront en charge que 14%,

Les administrateurs CFE-CGC, aux côtés des autres organisations syndicales qui administrent le Régime Local, ont fait une proposition alternative solidaire et responsable aux organisations patronales. Basée sur les frais réels, paradoxalement moins coûteuse aussi pour les entreprises, elle supprime l’inégalité de traitement issues de la loi de 2013 pour les salariés alsaciens et mosellans, préserve le pouvoir d’achat des salariés et de leurs familles, de ceux qui sont privés d’emploi. Elle permet pour les retraités les plus fortunés de réduire le prix de leur complémentaire santé de moitié et ceux qui ont des revenus faibles de ne pas avoir à choisir entre s’assurer et se nourrir, quelque soit sa situation ou son âge.

Apportez votre soutien aux représentants CFE-CGC en signant la pétition en ligne, en la diffusant dans vos réseaux, auprès de vos collègues, de vos proches Ils démontrent aussi que la complémentaire santé peut être assurée :

  • qu’un modèle d’accès aux soins solidaire et responsable estpétitionpossible en France au delà du régime général de la sécurité sociale
  • qu’un tel régime peut être équilibré comme l’a souligné la Cour des comptes, quand les représentants des salariés assurent seuls l’administration d’une complémentaire santé
  • qu’une complémentaire santé qui n’augmente pas chaque année, d’avoir le même niveau de prestations, quels que soient son état de santé ou son âge, en cotisant selon son niveau de revenu, c’est possible
  • sans faire une “usine à gaz” pour tenter après-coup de colmater leurs erreurs d’une stratégie qui tend à confier l’ensemble de l’accès de la santé au secteur assurantiel privé.
Accéder à la pétition

Les dernières actualités