La France a réduit ses inégalités

D’après l’Insee, les écarts de niveaux de vie ont diminué en 2013.

Un résultat dû en partie à la politique fiscale de François Hollande.

 

La France a réduit ses inégalités

Non, François Hollande ne mène pas qu’une politique ­sociale-libérale. Enfin, pas dans tous les domaines. C’est même son ambiguïté : un choix pro-entreprises, via sa ­politique de l’offre, dans son ­arbitrage macroéconomique entre entreprises et ménages, mais une attention en faveur des plus ­défavorisés au sein même des ménages.

En témoigne la dernière étude de l’Insee qui paraît ce mardi matin, qui montre comment le niveau de vie (lire ci-dessous) des 10 % les plus pauvres s’est enfin mis à remonter en 2013, pour la première fois depuis le début de la crise, tandis que celui des 10 % les plus riches ­retombe à son niveau d’avant 2008. La chute est encore plus importante depuis 2012 pour les 5 % les plus aisés, alors que leur niveau de vie n’avait jamais cessé d’augmenter depuis près de dix ans.

Résultat, les inégalités refluent. Le rapport interdécile (rapport entre le plafond des 10 % les plus pauvres et le plancher des 10 % les plus riches) se réduit lui aussi pour la première fois depuis des années, passant de 3,6 à 3,5. Plus significatif : l’écart entre la masse des niveaux de vie détenus par les 20 % les plus pauvres et les 20 % les plus riches diminue de 4,6 à 4,3. Un peu plus technique, l’indice de Gini, enfin, qui mesure le degré d’inégalité d’une distribution (0 étant l’égalité parfaite, et 1 représentant l’inégalité absolue) baisse à 0,29, un «repli d’une ampleur inobservée depuis 1996, qui efface […] l’augmentation enregistrée depuis le début de la crise», souligne l’Insee. Les pauvres également s’en sortent – un peu – mieux. Ainsi, le taux de pauvreté en France est redescendu à 14 %, contre 14,3 % en 2012, alors que, là encore, ce taux n’avait jamais cessé de progresser depuis 2008.

Les raisons de ce tassement des inégalités sont multiples. Les revenus du patrimoine, tout d’abord, ont baissé en 2013. Les plus aisés ont également, plus que les autres, été la cible des hausses d’impôts. A l’inverse, en bas de l’échelle, les plus modestes ont connu cette année-là une augmentation des heures travaillées sur l’année et les plus pauvres une revalorisation de certaines prestations ­sociales.

Les défenseurs de la politique de François Hollande se réjouiront de cette évolution, vantant une vraie politique redistributive de gauche. Ses détracteurs relèveront qu’après cinq ans de politique en faveur des riches sous ­Nicolas Sarkozy, le moindre rééquilibrage apparaît comme un net tournant. De son côté, le gouvernement, qui avait lui-même installé l’idée d’un ras-le-bol fiscal, va avoir quelques difficultés à se prévaloir de ce bilan… qui réhabilite pourtant les vertus de la ­fiscalité dans la lutte contre les inégalités.

évolutions salariales associatif

Les riches moins bien lotis

Ce sont les 10 % les plus riches. Ceux qui sont au-delà du 9e décile et dont le ­niveau de vie annuel dépasse, en 2013, les 37 200 euros par personne. Pas de chance pour eux (pour vous ?) : ils constituent les principaux perdants de la réduction des inégalités en 2013. Le niveau d’entrée dans cette catégorie a ainsi baissé de 700 euros par rapport à 2012, et de 1 300 euros par rapport à 2011. Car de fait, en 2013, plus les ménages sont aisés, plus importante a été la baisse de leur niveau de vie : de - 0,1 % pour la médiane (qui partage la population en deux, la moitié ayant plus, l’autre moins) à - 1,8 % pour le 9e décile (plancher des 10% les plus riches). Les 5 % les plus aisés ont même connu une baisse de 1,9 % (930 euros) en 2013 et de 4 % (1 920 euros) en deux ans.

Les raisons d’une telle baisse ? Une conjonction de différents facteurs.

La diminution, tout d’abord, des revenus du patrimoine, qui représentent plus du quart des revenus des 10 % les plus riches. Les taux d’intérêts, en 2013, se sont «nettement repliés», et l’évolution de la fiscalité sur les revenus mobiliers, avance l’Insee, «a pu conduire certaines entreprises, en particulier des petites structures, à abaisser ou décaler leurs versements de dividendes».

Mais les plus riches sont également, davantage que les autres, concernés par les hausses d’impôts intervenues au début du mandat de François Hollande. En 2013, les impôts directs ont ainsi représenté 27,9 % du revenu disponible des ménages les plus aisés, en hausse de 1,9 point sur un an. Ils ont ainsi subi la création d’une nouvelle tranche à 45 % de l’impôt sur le revenu, la réforme de la fiscalité du patrimoine, ou encore la baisse du plafond du quotient familial (qui sera encore fortement abaissé l’année d’après).

17 septembre 2015 AP HP

Une pauvreté en léger recul

Conséquence de la réduction des inégalités : le taux de pauvreté (personnes disposant de moins de 60 % du revenu médian, soit 1 000 euros par mois) a un peu fléchi en 2013, passant de 14,3 % de la population à 14 %, en diminution pour la première fois depuis le début de la crise. Le nombre de pauvres baisse ainsi de 176 000, avec 8 648 000 personnes concernées en 2013. La diminution est plus marquante encore pour les moins de 18 ans, dont le taux de pauvreté passe de 20,4 % à 19,6 %. A ­l’inverse, la pauvreté remonte légèrement chez les retraités (de 7,7 % à 7,9 %).

Cette évolution s’accompagne également d’une hausse du niveau de vie médian des personnes pauvres, souligne l’Insee. Ce revenu, qui divise cette population en deux, s’établit à 802 euros en 2013, contre 788 euros un an plus tôt. Ce qui signifie que non seulement le taux de pauvreté baisse, mais également l’«intensité de la pauvreté». Un mouvement général qui s’explique en partie, d’après l’institut, «par la revalorisation de certaines prestations destinées aux plus modestes», comme le RSA et encore l’allocation logement.

Quant aux chômeurs, ils voient également leur niveau de vie progresser (+2,3 % en 2013) et leur taux de pauvreté diminuer de 1,4 point, tout en se maintenant à un taux élevé (37,3 %). Une évolution à mettre, là encore, sur le compte de la hausse des allocations chômage perçues. «En effet, souligne l’Insee, le chômage des moins de 25 ans a diminué au cours de 2013 sous l’effet de la montée en charge des emplois d’avenir et de la reprise de l’emploi intérimaire.» Résultat : fin 2013, les personnes au chômage sont donc plus âgées en moyenne que celles de 2012. Et donc «globalement mieux indemnisées». En revanche, les ­indépendants souffrent particulièrement, avec un taux de pauvreté qui passe de 16,2 %à 17,9 %. «Leur situation se détériore plus globalement, avec notamment une baisse de leurs revenus d’activité et des dividendes qu’ils perçoivent», analyse l’Insee.

Augmentation des dernières années

Une hausse de revenus pour les plus modestes

En bas de l’échelle : les 10 % des personnes ayant un niveau de vie inférieur à 10 730 euros par an en 2013. Ce premier décile, qui constitue un plafond, est celui qui a le plus augmenté, en hausse de 110 euros sur un an, soit 1 %, hors inflation. «C’est la première fois qu’il augmente depuis le début de la crise», relève l’Insee.

La raison, selon l’institut ? Une hausse des revenus d’activité des actifs occupés.

«En effet, même si le taux d’activité des personnes les plus modestes est resté stable, explique les auteurs de l’étude, ces dernières ont, selon l’enquête Revenus fiscaux et sociaux, bénéficié d’une hausse de leurs revenus salariaux, sous l’effet d’une augmentation des heures travaillées sur l’année.» Une donnée a priori en contradiction avec l’idée que la suppression, par Hollande, des heures supplémentaires défiscalisées mises en place par Sarkozy en 2008 a pu entraîner une baisse des revenus pour cette catégorie de salariés. Résultat : le taux de pauvreté des actifs baisse en 2013, passant de 8 % à 7,6 %.

Tous les déciles jusqu’à la médiane (5e décile) progressent également, mais de façon plus modérée. Le niveau de vie médian, qui partage la population en deux, une moitié disposant de plus, l’autre de moins, reste, lui, quasi stable, à 20 000 euros par an.

Source : Luc Peillon , BIG Infographie – Libération

Les dernières actualités