Salaire minimum à la Croix-Rouge

Un salaire minimum conventionnel est rétroactivement créé à la Croix-Rouge française

L’avenant relatif à la création d’un salaire minimum conventionnel à la Croix-Rouge française (CRF) a été agréé par arrêté début décembre. Cet accord daté du 15 octobre dernier a été validé par la direction du groupe mais aussi trois organisations syndicales : la fédération nationale des syndicats des services de santé et services sociaux CFDT, la fédération CFTC santé et sociaux et la fédération de la santé, de la médecine et de l’action sociale CFE-CGC.

salaire croix rouge cfe cgc
Cet accord introduit dans la convention collective de la CRF le principe d’un salaire minimum. Il se caractérise par son caractère rétroactif. Il est ainsi précisé dans le premier article, qu’à compter du 1er janvier 2015, le salaire minimum est fixé à 1 466,52 euros (€) pour un temps de travail à temps plein. Et d’ajouter que sa valeur sera rediscutée chaque année dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO). Pour commencer, son montant est légèrement supérieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) fixé en 2015 à 1 457,55 €. Autre précision inscrite dans l’avenant, sont exclus de ce dispositif “les salariés ayant une rémunération fixée par le niveau du Smic (en particulier certains contrats aidés)” ainsi que les emplois non régis par la grille de classification du groupe. À titre d’exemples de salariés n’entrant pas dans le nouveau système, sont cités : les assistants maternels ; les médecins ; les pharmaciens ; les dentistes ; les formateurs occasionnels.

De son côté, dans un communiqué, la CFDT santé sociaux estime que 3 400 salariés vont, grâce à ce nouveau dispositif, voir leur salaire augmenter. Elle y qualifie le salaire minimum de processus “durable”, dans la mesure où il est inscrit dans la convention collective de la CRF. Quant à l’évolution salariale engendrée, ce syndicat signale que pour l’instant elle est supérieure de 9 € brut au Smic et qu’il compte bien demander son augmentation au cours des prochaines NAO.

Avant la Croix-Rouge, la Fehap a également introduit, par avenant du 3 avril 2009, un minimum conventionnel dans sa convention collective nationale ou CCN 51. L’objectif présenté alors par la fédération était “d’apporter une réponse à la problématique des bas salaires et du Smic”.

 

SourceHOSPIMEDIA

Les dernières actualités