Drame au centre d’asile de Pau : risque du métier ou conséquences politiques ?

Meurtre d’un chef de pôle au Centre d’asile à Pau: les risques du métier ou les conséquences du dumping social associé à une non politique d’accueil, et d’intégration des réfugiés ?

Ces établissements d’accueil et d’hébergement de demandeurs d’asile politique ont vu leurs budgets passer de 25€ par place et par jour à 19.50€ en 2019.

Le ratio d’encadrement tous personnels confondus est passé de 1 salarié pour 10 résidents à 1 salarié pour 15. De plus, depuis plus de 10 ans, ils sont sous contrôle direct du ministère de l’intérieur qui n’est pas réputé pour sa politique sociale. 

La mort de ce père de famille de 46 ans n’est pas un simple fait divers mais celle d un travailleur social en fonction de cadre victime d une politique nationale refusant l’accueil et l’intégration de réfugiés migrants .

Retrouvez l’article du Monde.

 

Les dernières actualités