La campagne vaccinale covid-19 et la CFE-CGC en huit questions

La vaccination pour qui ?

Dans l’esprit de la CFE-CGC Santé Social, le choix de se faire vacciner ou non est une liberté individuelle, il revient donc à chacun de décider s’il souhaite ou non se faire vacciner.

Le gouvernement doit cependant tout mettre en œuvre pour que la vaccination soit accessible pour tous le plus rapidement possible.

Qui pour vacciner la population ?

Notre souhait : une mobilisation générale et coordonnée, avec une mobilisation de tous les services (armée, hôpitaux, soignants libéraux,..) pour une meilleure action.

Quelle partie de la population à vacciner en priorité ?

Les soignants : ils sont au contact de la COVID 19 au quotidien et se mobilisent pour notre santé à tous. Il faut les protéger !

Ils sont pour nous la cible prioritaire de cette campagne de vaccination.

La CFE-CGC Santé Social valide la priorisation de la vaccination pour les soignants, pour les personnes présentant une des pathologies conduisant à une des formes graves de la maladie, et pour la population suivant les critères d’âge. Mais c’est insuffisant. Il faut aller plus loin :

  • En abaissant rapidement les critères d’âge.
  • En incluant les prisonniers et gardiens de prisons, les personnes SDF et migrants illégaux : Parce que leurs conditions de vie sont précaires et qu’ils n’ont pas toujours les moyens d’appliquer les gestes barrières les plus élémentaires, il faut tout mettre en œuvre pour les protéger.
Quelle organisation est la plus adaptée pour  une meilleure efficacité de la campagne vaccinale ?

Pour la CFE-CGC Santé Social les modalités d’organisation, dates et lieux de vaccination, sont aléatoires et non adaptés aux personnes à vacciner : internet est peu utilisé par les personnes les plus âgées, les rendez-vous téléphoniques sont inaccessibles, les SDF ou migrants ne parlant pas notre langue.

Un envoi de rendez-vous individualisé, un contact au plus près des personnes exclues, serait plus efficace et moins anxiogène.

Pourquoi la politique vaccinale française se limite-t-elle au vaccin Pfizer-BioNTech et de Moderna (et bientôt celui d’AstraZeneca) ?

Sachant que le trop grand étalement dans le temps de la vaccination, va rendre moins efficace l’impact de l’immunité collective, il convient pour la CFE-CGC Santé Social de conclure, dès leur autorisation de mise sur le marché par l’Agence européenne du médicament, des contrats complémentaires pour les vaccins quelques soient leurs pays de provenance.

Pour la CFE-CGC, il est à déplorer que le vaccin français Sanofi-Pasteur n’ait pas été exploité. Son efficacité de 50% peut être acceptable pour les 15 millions de moins de 30 ans. N’est-ce pas le mieux pour une action vaccinale immédiate ?

Où et combien de doses sont-elles disponibles ?

La CFE-CGC Santé Social demande

  • une meilleure transparence sur les contrats entre l’UE et les laboratoires ;
  • une meilleure transparence sur les contrats entre l’UE et les pays qui la composent;
  • une meilleure gestion des stocks de vaccins : annoncés au jour le jour.
Pourquoi avoir choisi la gratuité des tests et des vaccins ?

Pour la CFE-CGC Santé Social une participation financière, même minime, par personne aurait permis de diminuer les coûts et d’être mieux servis par les laboratoires.

Quelle utilisation faire de la 6e dose individuelle par flacon Pfizer ?

Pour la CFE-CGC Santé Social il faut rester prudent sur son utilisation. Il faut contrôler, organiser, et utiliser, cette dose avec précaution, même en dehors des cibles prioritaires.

Pour aller plus loin : Vaccins Covid-19 : quelle stratégie de priorisation à l’initiation de la campagne ?

 

Les dernières actualités