Le CNLE répond enfin à l’interpellation de notre délégué.

Par courrier en date du 26 octobre 2021, le représentant de la Fédération CFE-CGC au CNLE alertait cette instance sur la situation de non-droit des personnes exilées à Calais et sur les conséquences des décisions politiques sur les conditions de travail des salariés des associations engagées auprès d’eux.

Nous demandions à la CNLE de se saisir de cette situation en interpellant le gouvernement.

Dans sa réponse la Présidente du CNLE, prends acte de nos positions, salue notre analyse et notre engagement et annonce que le sujet fera l’objet d’un point spécifique lors de la prochaine réunion plénière de l’instance.

Réponse lénifiante qui vise à ne pas contrarier le gouvernement mais qui a le mérite de reprendre le sujet sensible des personnes exilées et des conditions de travail des salariés qui agissent au quotidien auprès d’eux.

La Fédération CFE-CGC Santé Social poursuivra son action de sensibilisation et d’alerte sur ce sujet.

Téléchargez la réponse du CNLE.

Les dernières actualités[cocosocial reseaux="facebook,googleplus,twitter"]